Mystères du Père Lachaise. Partie 4.

Mystères du Père Lachaise. Partie 4.

 

Balade avec l’étrange au cimetière et Mystères du Père Lachaise. Quatrième partie avec encore plus de vampires, de messes noires et de beautés angéliques ! ? Et si le cimetière du Père Lachaise était véritablement le théâtre de phénomènes fantastiques et paranormaux ?

Ce ne sont pas les anecdotes qui manquent autour de ce lieu de rencontre entre histoire, spiritualité, nature, art et architecture. Je suis donc parti sur les traces des légendes de ce cimetière parmi les plus grands du monde… Gros travail de recherche et de synthèse mais tellement passionnant ! ?

Belle découverte !

Christophe


PereLachaise14..22 091
Expression de la douleur éternelle…

PereLachaise14..22 055

De toute beauté !

PereLachaise16..22 284

Certains anges ont perdu leurs bras droits, des sculptures sont coupées volontairement et des représentations de Jésus et de la Sainte Vierge dégradées… Dans la bible couper le bras droit d’une statue d’un ange empêche le défunt de monter au paradis…

PereLachaise16..22 083

Expression de l’éternelle douleur, commun à cette époque.

PereLachaise14..22 133

J’aime beaucoup cette sculpture…

PereLachaise16..22 131

Magnifique sculpture… Un visage d’une grande douceur face à la peine, expression de l’humilité face au grand passage… 🙂

PereLachaise14..22 211

Gardienne d’une « grotte caveau » !

Pere Lachaise 7

Pere Lachaise 8

On trouve beaucoup de représentations « macabres » qui côtoient les représentations angéliques. Symbolisme de la mort, du passage, du vampirisme ou du satanisme l’étrange est bien présent au Père Lachaise !

PereLachaise16..22 314

Bibesco, le descendant de Dracula ?!
A la division 28, chemin du Dragon, se trouve la sépulture d’un noble soldat roumain, le prince de Valachie, George III Bibesco, descendant transylvanien du tristement célèbre Vlad III l’Empaleur, lui-même inspiration principale de Bram Stoker, auteur de Dracula.
Appelé « fils du dragon » ou « fils du diable » – dracul signifiant diable -, réputé pour boire le sang de ses ennemis morts au combat et de les empaler sur des pics… le plaçant dès lors dans la catégorie des monstres diaboliques.
Ce lien entre les Bibesco et Dracula rend la sépulture très populaire auprès des adeptes du vampirisme et de magie noire, encore aujourd’hui un point de rendez-vous pour celles et ceux qui croient aux pouvoirs régénérateurs du sang humain… C’est l’énergie occulte, en lien avec le sang qui est recherchée comme l’invocation d’entités vampiriques.

PereLachaise16..22 296

L’aigle dit-on tiendrait une croix, une épée, mais aussi un pieux ! 😉 🙂

PereLachaise14..22 145

Mais une autre histoire raconte que la dépouille de Vlad Tepes lui-même aurait été dérobé en Roumanie pour être transféré au cimetière du Père Lachaise. Il reposerait dans la tombe d’un certain Leduc, une tombe aux récits très noirs et à la réputation d’attirer satanistes et fans de vampires qui s’y réuniraient pour pratiquer des rituels à l’abri des regards indiscrets…
Ce culte va tout de même très loin puisqu’un guide raconte qu’il aurait trouvé un tunnel fait derrière la tombe afin d’accéder au caveau et à l’intérieur duquel il aurait trouvé un chat momifié ! Il faut croire que certains voulaient vraiment avoir accès au cercueil qui dit-on est recouvert de trois sculptures de chauves -souris !

Pere Lachaise 9

Il y a une grande richesse symbolique au Père Lachaise et on pourrait passer des heures à les étudier ! Symboles Francs-maçons, Egyptiens, occultes, créatures de la nuit et autres figures de la mort et de la vie, représentations démoniaques ou angéliques… foisonnent sur les tombes.

Une symbolique récurrente est celle de la chauve-souris, surtout représentée par ses ailes entourant un sablier. D’ailleurs on retrouve soit un sablier entouré d’ailes d’anges ou d’ailes de chauves-souris selon les croyances de chacun et les symboles que l’on veut matérialiser pour son voyage…

La chauve-souris (ou ailes de chauve-souris) représente l’oiseau qui est capable de se diriger seule dans l’obscurité. Elle représente la nuit, la mort et escorte l’âme du défunt dans l’au-delà vers son lieu de destination.

N’oublions pas que les croyances étaient très forte à l’époque, et qu’il était déjà courant de clouer une chauve-souris à la porte de sa maison pour se protéger des démons de la nuit et des mauvais sorts. Mais il y a également un courant vampirique et occulte très anciens qui alimente toute cette iconographie mystique.

Le chemin secret des chauves-souris : une légende veut que quiconque suivrait les 14 chauves-souris cachées dans le Père Lachaise pourrait, si son chemin est le bon, découvrir la tombe d’un vrai vampires ! 🙂

Pere Lachaise 10

Certains symboles reviennent très souvent.

Ouroboros :

Le serpent Ouroboros est un symbole antique qui représente un serpent qui mange sa queue. Il représente le renouvellement cyclique perpétuel de la vie et de l’infini, d’où la mort et la renaissance conduisant à l’immortalité.
Il est aussi utilisé comme un symbole de totalité, le mercure et la vérité. C’est aussi un des éléments de l’emblème de la Société Théosophique, ordre mystique fondé en 1875, non représenté dans ce cas là.

Le papillon de nuit :

L’espérance de vie très courte du papillon en fait le symbole de l’éphémérité de la vie. Son cycle chenille-chrysalide-papillon fait aussi référence à la transition de l’âme vers le monde des morts. On le trouve très souvent sur les tombes mais également dans les arts décoratifs de la fin du XIXè siècle, notamment sur les lits, rappelant qu’il ne faut jamais oublier le cycle de la vie et de la mort. Il est souvent associé à la renaissance et caractérise l’âme débarrassée de son enveloppe charnelle. En mythologie grecque, il est même le symbole de l’immortalité. Pas étonnant donc de le retrouver dans un tel contexte !

La chouette :

La chouette est un motif funéraire depuis l’Antiquité. Il lui est accordée de nombreuses vertus notamment celle de pouvoir voir, grâce à ses grands yeux, à travers les ténèbres. C’est donc un symbole de connaissance et de survie à travers la mort. On la retrouve souvent sur les tombes des intellectuels car elle rappelle aussi la sagesse. Au XIXème siècle, on porte une attention particulière au patrimoine et à l’Antiquité ; la chouette pouvant se trouver sur des tombes de ces temps anciens, les passionnés l’ont alors reprise pour leurs dernières demeures.

PereLachaise16..22 271

Tombe Schoelcher : qui se sont battus pour la libération des esclaves, et pour la fin de l’esclavage dans le monde. Toujours la chaîne qui sépare le monde des vivants du monde des morts.

PereLachaise14..22 166

Chauve-souris ou dragons, des ailes sur un sablier volant !

Pere Lachaise Division 30 Kellermann 08

Les messes noires du Père Lachaise : La concession 666 D30

Juste par la symbolique du nombre, le tombeau de la concession 666 est devenu légendaire auprès des satanistes et de nombreuses messes noires et rituels y ont été (ou sont) organisées. Les chats momifiés et les poupées vaudous retrouvées sur place en sont la preuve. Flippant. Surtout quand on sait que ce n’est pas la seule tombe évocatrice et le Père Lachaise regorge de tombe reliées au « côté obscure de la Force »…
Que se passe-t-il au cours d’une messe noire ? Cette pratique considérée comme hérétique (par les religions monothéistes) sert avant tout à célébrer Satan. Ses adorateurs se réunissent pour exécuter un rite dirigé par un prêtre. Il s’agit d’une satire de la messe traditionnelle, dont les éléments tels que la croix chrétienne sont inversés, comme pour traduire l’opposition entre Dieu et le Diable. Des sacrifices humains étaient organisés à une époque à la fin des rituels.
Il est difficile de passer à côté de certaines histoires paranormales au Père Lachaise.
Au delà des spectres, des récits prétendent que des entrées secrètes menant aux fameuses Catacombes de Paris se cachent quelque part dans le cimetière du Père Lachaise…

PereLachaise14..22 042

Magnifique ! 🙂

PereLachaise16..22 328

On dit qu’un arbre qui pousse sur une tombe est preuve d’une vie de magicien… 😉 🙂

PereLachaise14..22 151

Saint Michel tient en respect le Dragon de son épée flamboyante. Il est le symbole de la maîtrise sur la mal et représente l’aspect spirituel. Saint George, lui, tue le Dragon, il représente l’aspect physique.

Pere Lachaise 11

Toujours ces sculptures très convaincantes… !

PereLachaise16..22 405

Juste magnifique, d’inspiration helléniste, de toute beauté !

Pere Lachaise 22

Fin de cette balade par la ronde des amoureux, l’amour, toujours l’amour, toujours plus fort que la mort ! 🙂

Retour à la partie 3 : cliquez ici.

Retour à la partie 2 : cliquez ici.

Retour à la partie 1 : cliquez ici.

N’hésitez pas à découvrir les articles des différentes catégories de la colonne de droite ! 🙂
→ Vous pouvez aussi me rejoindre sur Facebook, ça fait toujours plaisir, Merci 🙂

Si cet article vous a plu, partagez-le sur les réseaux sociaux. Merci ! 🙂

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*